clock

La neuroarchitecture : une nouvelle forme de mentalisme.

L'épanouissement

La neuroarchitecture : une nouvelle forme de mentalisme.

  • Date:
    19/5/2021
  • Auteur:
    Catherine Fontaine-Lavallée

La magie existe-t-elle ? Les illusionnistes et mentalistes, professionnels des illusions et de la manipulation de l’esprit, nous laissent pourtant perplexes avec leurs tours parfois spectaculaires ! Quelques techniques bien travaillées suffisent pour créer un effet paranormal chez les spectateurs, par exemple : 1) la psychologie et le pouvoir de la déduction, 2) la suggestion, 3) le développement de la mémoire (pensez au calcul rapide) et 4) l’illusion à travers la manipulation. Ces artistes utilisent ainsi des angles morts de notre esprit et dirigent notre attention grâce à des gestes rigoureusement calculés.

La science, avec l’entraînement, est ainsi le véritable maître d’œuvre de cet art du spectacle; les trucs et illusions prennent leur source dans les lois de la physique et la manipulation de l’esprit provient des neurosciences cognitives. Ces éléments scientifiques peuvent être utilisés dans d’autres sphères de nos vies, par exemple dans l’architecture de notre environnement bâti : la neuroarchitecture.

NEUROARCHITECTURE - L'étude de la relation entre la santé et la gestion des espaces à travers les apports des neurosciences. L'étude de la relation entre les processus cérébraux et les environnements architecturaux et leur impact sur la santé émotionnelle et physique des personnes (Traduit de www.anfarch.org).


Notre « soi » inconscient, ou la cognition incarnée

Notre cerveau est, selon lui-même d’ailleurs, l’organe central de notre corps puisqu’il harmonise toutes ses fonctions. Il travaille constamment, que nous en ayons conscience ou non ! Longtemps nous avons cru qu’il fonctionnait comme un logiciel informatique qui traite les informations qu’il reçoit, sans influence extérieure. Voilà qu’une révolution des sciences cognitives a su faire sa place depuis plusieurs décennies : la cognition incarnée. Cette théorie implique que notre pensée serait plutôt constamment informée et influencée par notre corps et par notre environnement.

Tel que l’expriment Bridgeman & Tseng (2011) : « la perception peut être interprétée comme étant un ensemble de compétences qui facilitent deux fonctions nécessaires à notre survie : 1) la connaissance de notre environnement et 2) le contrôle de nos interactions (comportementales) avec lui, en temps réel ». Cette rapidité d’exécution entre ce que nos sens captent comme signaux et nos actions fait en sorte que notre cerveau est constamment en train de créer des scénarios selon les informations qui arrivent à notre cerveau et les décisions que nous devons prendre. Ces informations étant bien plus nombreuses que ce que nous percevons de manière consciente; une grande partie de ces signaux est perçue par notre « soi inconscient ». Selon la psychologue et auteure du livre Mind in motion, Barbara Tversky, « toute pensée est d'abord une pensée spatiale ». Nos expériences sensori-motrices en relation avec notre environnement influencent ainsi notre manière de penser, incluant certains processus internes comme les émotions. Un exemple frappant de cette influence peut être tiré d’une étude de la Yale University, en 2008 : tenir une tasse de café chaud dans vos mains affecte votre jugement social. Vous aurez ainsi une attitude plus chaleureuse envers des inconnus !

processus perceptuels de la cognition incarnée
Modifié à partir de https://www.verywellmind.com/bottom-up-processing-and-perception-4584296


La neuroarchitecture comme une forme de mentalisme

L’environnement bâti a le pouvoir d’utiliser la cognition incarnée, telle une baguette magique, afin de moduler nos émotions et nos perceptions, comme le fait le mentalisme. En entrant dans une église, p.ex., nous vivons des émotions de l’ordre de l’humilité et de la solennité non pas par hasard, mais grâce au génie architectural derrière ce grand bâtiment : plafond haut qui nous fait sentir petits, vitraux et lampions qui créent une lumière tamisée et pierres qui amplifient la voix. Ces bâtiments sont de véritables machines à faire croire. Différents environnements bâtis, différentes palettes d’émotions : un spa relaxant ou une maison abandonnée qui fait peur. L’architecte peut à la fois créer des types et des intensités d’émotions au gré de ses designs. Dans le quotidien ‒ sans aller dans de « fortes » émotions comme la peur, l’inclusion d’éléments de design qui favorisent le confort du corps et de l’esprit peut mener à un sentiment d’épanouissement.

lumière à travers fenêtres d'église
David Osta/Pixabay


Quand le but est l’épanouissement

La certification Well obtenue par LabNco. et l’utilisation de la neuroarchitecture dans notre pratique démontrent bien la volonté de notre entreprise de créer des environnements dans lesquels les utilisateurs se sentent bien, mais également qui atteignent un niveau de stimulation adéquat. Intégrer des principes scientifiques connus aux environnements bâtis est gage d’épanouissement dans notre société. Nous comprenons ce que les gens apprécient et trouvent stimulant et mettons à profit ce qui permet de rendre leur vie plus agréable et de favoriser leur développement. 


Partager:
  • Estimation en ligneContactez-nous
Thetford Mines - La Beauce - Québec - Montréal
Suivez-nous